Au service de la construction et de l'industrie

Le bois, le connaître et l'apprécier pour bien le travailler

Le bois : le connaitre, l'apprécier
A

"Ce n'est que lorsqu'on connait ses matériaux qu'on peut voir comment il faut les arranger".
(Benjamin CONSTANT, 1804)


A

Parce que le monde du bois est proche de celui des maquignons, être précis dans la définition d’une essence de bois est essentiel pour éviter des déconvenues…

On oublie trop souvent que le nom d’un bois est d’abord celui de l’arbre dont il est issu. Le nom botanique a été défini par des critères portant sur la description botanique de l’arbre, son aire d’origine, mais jamais sur le matériau bois.

Ce nom botanique obéit à la nomenclature de LINNE et est formé de l’association du Genre puis de l’espèce: Quercus pedunculata (chêne pédonculé), Pinus sylvestris, Pseudotsuga menziesii (Douglas), etc.

Hélas, le nom pilote d’un bois (= essence) correspond à plusieurs noms botaniques d’arbres produisant un bois aux caractéristiques voisines. Les exemples sont nombreux: l’Ipé est issu de 6 espèces du genre Handroanthus, le Chêne, 465 espèces du genre Quercus, parmi lesquelles le Red Oak, le chêne rouvre, le chêne liège, etc.

A

Caractéristiques voisines? A voir!

Il en est ainsi du Mélèze. Vendu sous cette dénomination, le Mélèze provient soit du massif alpin (Larix decidua), soit de Sibérie (Larix sibirica).

Si vous n’habitez pas à Grenoble, vous avez de grandes chances de vous retrouver avec du Mélèze de Sibérie, plus nerveux que l’alpin (cernes annuels très rapprochés) et souvent proposé dans de grandes largeurs. Toutes les conditions sont alors réunies pour que les lames de bardage tuilent, si a fortiori la ventilation de la sous-face du bardage est insuffisante.

A
A

Sans compter les petits malins qui glissent dans un même colis de bois des essences voisines. Pendant plusieurs décennies, certaines scieries introduisaient dans leur process une bille de Kosipo toutes les 4 billes de Sipo pour que les pièces de bois se mélangent au niveau du colisage… et soient vendues sous l’appellation Sipo ! De même, tout récemment, certains ont acheté de l’Onzabili pour de l’Okoumé…

Le Robinier (Robinia pseudoacacia), également appelé Faux-Acacia est originaire des plaines tempérées d’Amérique du Nord et s’est très bien acclimaté sous nos latitudes. Il s’agit de la seule essence tempérée à être naturellement durable (compatible avec une mise en œuvre dans un ouvrage de classe d’emploi 4; cf. article du 24.12.2015). Faux-acacia n’étant pas jugé très vendeur, l’appellation Acacia est souvent utilisée et pourtant le Robinier n’a rien de commun à un genre regroupant plus de 600 espèces dont le Mimosa.

Pour tout compliquer, une essence de bois pourtant issue d’une même espèce d’arbre présentera des caractéristiques qui dépendent de la façon dont les arbres auront poussé.

Nous connaissons tous le Teck (Tectona grandis, hamiltoniana, philippinensis) mais son origine (plantations ou forêt primaire) conduit à deux bois différents. Un peu comme la vigne finalement…

Avec des cernes d’accroissement d’une largeur supérieure à 10 mm pour celui issu de plantations, ceux du Teck de forêt primaire sont toujours de l’ordre du mm. Moins dense, moins riche en extrait alcool-benzène, la durabilité du Teck de plantation s’en ressent.
A
photo robinier et mètre

Rondelle de Tectona grandis issue d’une plantation en Afrique équatoriale; largeur moyenne des cernes = 20 mm

A

Pour éviter les mauvaises surprises, précisez toujours le nom scientifique et faites-vous confirmer l’origine du bois.